Local crop cultivation, Parc Technologique, Saint Priest (source DLPB Lyon Metropole)

Landscape for innovation and creativity

Lire en français

Innovation, creativity and research foster the development of new forms of cooperation. Cultural landscapes are a place for such exchanges, through gardening activities, but also for artistic representations. Outdoor activities facilitate discoveries and provide access for everybody to all kinds of wonders.

Thus, the outdoor Art Museum in Pedvale, Latvia was opened by sculptor Ojars Arvids Feldbergs in 1991 and is now a state historical monument. Its 100 hectares covered by cultivated fields, flower meadows, hills, rivers and forests are an ideal place for creative professionals, – sculptors, painters, writers, artists – to express themselves freely, and they are encouraged to take their inspiration from nature using local materials. The permanent collection includes more than 150 works of art that were created during the symposia and workshops, an exhibition of Ojars Feldbergs and temporary exhibitions of local and foreign artists, with a new theme every year.

In Nantes urban landscape, the art installations of illustrator Claude Ponti attracted nearly 1 million visitors, with fantastic creatures straight out of the imagination of the artist, who invites the public to play with all the works and clink the Steeples-Pots, bubbled with Deputy flower, to talk to Simone-the-voice-of-the-station and finish relaxation among the thousand Cousspoussins … for the delight of children and « big kids ».

P3_ponti
The vagabond mirante Appouare, Jardin des Plantes, Nantes

But the artist can also appeal to other senses than visual. Gilles Malatray « Inviting structures, institutions and audiences to explore new soundscapes around the city and the countryside, considering these environments as real aesthetic ear spaces, is not a simple artistic gesture. To address and tell new territories listening is sharing living spaces by ear, develop true and sincere human relations, glimpse of ecological, social, heritage approaches… It emphasizes the variety of approaches, postures, ways, to hear and be heard collectively ». His Hearing Points and soundscapes are shared valuation levers to spaces as beautiful as fragile, « the establishment of a set of tracks – tools available to the inhabitants, the artist, researcher, teacher, politics, developer (…) at the cross roads of listening, where the most uncertain things, the more fluid, the more exciting can emerge. « (Gilles Malatray, Desartsonnants, 2016).

Colmenar Viejo uses both together Visual and Sound Landscapes initiative. School students from the municipality took part in a voluntary activity where they learnt how to take landscape photos and record landscape sounds. They learnt a new way to look at the landscape and how to express their relation with the landscape though art. They made an exihbition of the photos and sounds recorded, where their parents realised the importance of landscape to contribute to the personal development of their children.

Innovation, creativity and research foster also the elaboration of cutting-edge designs, while contributing to excessive risk aversion and giving due consideration to ethical implications and outcomes. Public consultation in the Mersey Forest Plan includes innovative geospatial mapping methodology that has provided an evidence base upon which to develop and implement local policy. The work has identified key areas for increasing woodland landscape connectivity that can assist not only in helping to reduce habitat fragmentation, but also provide a range of ecosystem services.

On its side, ‘One hut full’ explores the history of the Dartmoor agriculture through a hike, and a multi-sensory experience, designed to provide thought, inspiration, and innovation for the future of a sector that, outside the protected national park, is threatened by increasing urbanization. It’s an experiential project set up to teach visitors about local practices, and to create new and more sustainable supply chains for locally adapted landscape products, with workshops running to connect different landscape members and to help them find new uses and niches for their products.  The program supports innovative approaches that promote bio-based materials, and new sustainable technologies adopted by local entrepreneurs, as for example:

  • Solidwool is a material made from wool and bio-resin and can be used in much the same way as plastic. The chair ‘Hembury’ created by its founders, Justin and Hanna Floyd already had some success and, Solidwool is moving today to manufacture glasses.
  • With traditional materials whose use is diverted, Bellacouche, in turn, has created an award-winning basket, soft biodégragrable, from pure wool. The products of its creator are deeply influenced by the traditions of his Norwegian heritage.
  • Twool is a garden twine made from sheep wool Whiteface Dartmoor. All the wool manufacturing process, the washing with winding, takes place in the UK, giving it a lower carbon footprint than imported jute (One Full Hut, 2016).

Cultural landscapes provide a space for experimentation for cultivated biodiversity and innovation towards resilience. By helping to conserve genetic diversity, the SAVE Foundation is the umbrella organization for the Safeguard for Agricultural Varieties in Europe. Its mission is to preserve and promote cultural genetic diversity. A particular focus is on survival of endangered breeds of livestock and crop species. Maintaining local varieties of fruit and vegetables, far from standardized market production, is a good practice example of innovative issue to facilitate adaptation to local soil and climate, and maintain attractiveness for micro-fauna, and consists in a real challenge.

Thus, the technology park at Porte des Alpes, Lyon Metropolis, and the company Tarvel partnered with the Golden Tulip kitchens to create a vegetable garden helping to conserve old varieties from Lyon area. The seeds that are grown there are, essentially, those of nearly extinct or endangered local fruits and vegetables, treasured by Lyon Resource Centre of Applied Botany (CRBA), continuing the program « Fruits, vegetables and flowers of the Lyon basin: a cultural and biological heritage to know and keep » hired by the CNRS laboratory « Resources terroir – Cultures, customs, society ». Cultivation of local vegetable varieties conserved by CRBA is also conducted on the Parilly park for tomatoes, peppers, melons, squash, basil … The CRBA, which also maintains representative horticultural varieties of Lyon’s domestic biodiversity and manages database Horti-Lyon, is located on the Lacroix-Laval Domain, who farms part of heritage vegetables in the castle garden, as well as many fruit. A Franco-Russian cooperation is now engaged and supported by the Foundation De Natura to support the Vavilov Institute, the oldest seed bank in the world which probably keeps some future food for humanity in its mission to enrich the cultivated plant diversity.

P4_DLPB Lyon Metropole
Local crop cultivation, Parc Technologique, Saint Priest (source DLPB Lyon Metropole)

Thus, preservation of plant horticultural heritage, connected with a story, could provide right balance between standardized produced gardens with low biodiversity and wild gardens whose public acceptance is still fragile. Search for innovative designs to marry indigenous and cultivated plants, and valuation of gardeners work, at the crossing of landscape and environment skills, can meet stakeholders’ perception, sensation and emotion .

View map on HERCULES Labs

Le jardin, lieu de créativité artistique et d’innovation

Read in english

Le jardin s’offre comme lieu de créativité et d’innovation, à travers le jeu des plantations, mais aussi de la représentation artistique. Le cheminement en extérieur facilite la découverte, et offre l’accès pour tous à des émerveillements de toutes natures.

Ainsi, le Musée d’art en plein air de Pedvale, Lettonie a été ouvert par le sculpteur Ojars Arvids Feldbergs en 1991 et est maintenant un monument historique d’Etat. Ses 100 hectares couverts de champs cultivés, prairies fleuries, collines, rivière et forêts sont un endroit idéal où les professionnels créatifs, – sculpteurs, peintres, graveurs, artistes – sont libres de s’exprimer et sont encouragés à tirer leur inspiration de la nature en utilisant des matériaux locaux. La collection permanente du musée comprend plus de 150 œuvres d’art qui ont été créées au cours des symposiums et des ateliers, ainsi qu’une présentation des œuvres de Ojars Feldbergs et des expositions temporaires d’artistes locaux et étrangers, avec un nouveau thème chaque année.

A une autre échelle, au Jardin des Plantes de la ville de Nantes, les installations artistiques de l’illustrateur Claude Ponti ont attiré près de 1 million de visiteurs, avec des créatures fantastiques tout droit sorties de l’imaginaire de l’artiste, qui invite le public à jouer avec toutes les œuvres et à faire tinter les Clochers-Pots, buller avec le Sous-fleur, faire parler Simone-la-voix-de-la-gare et finir en détente parmi les mille Cousspoussins… pour le plus grand plaisir des petits et des « grands enfants ».

 

Source : Geneviève Girod
L’Appouare vagabonde mirante, Claude Ponti, Jardin des Plantes, Nantes

Mais le parcours peut aussi faire appel à d’autres sens que l’approche visuelle. Pour Gilles Malatray, « Inviter des structures, des institutions et des publics, à explorer de nouveaux paysages sonores, parcourir la ville comme la campagne en considérant ces milieux comme de véritables espaces auriculaires esthétiques n’est pas un simple geste artistique. Aborder et raconter de nouveaux territoires d’écoute, c’est partager des lieux de vie par l’oreille, aménager de vraies et sincères relations humaines, entrevoir des approches écologiques, sociales, patrimoniales… C’est privilégier la diversité des approches, postures, façons de faire, d’entendre et de faire entendre collectivement. » Ses Points d’ouïe et paysages sonores partagés sont des leviers de valorisation d’espaces aussi beaux que fragiles, « à la constitution d’un ensemble de traces – outils, mis à la disposition de l’habitant, de l’artiste, du chercheur, de l’enseignant, du politique, de l’aménageur… (…) à la croisée des chemins d’écoute, là où les choses les plus incertaines, les plus fluctuantes, les plus passionnantes peuvent voir le jour. » (Gilles Malatray, Desartsonnants, 2016).

L’espace vert offre aussi des voies pour l’innovation. Dans la forêt de Mersey, une méthodologie innovante de cartographie géospatiale a permis de fournir une base factuelle sur laquelle développer et mettre en œuvre la politique locale. Les domaines clés pour accroître les interconnections du paysage boisé ont été identifiés afin de fournir une aide non seulement pour réduire la fragmentation de l’habitat, mais aussi pour proposer toute une gamme de services éco-systémiques, tels que :

  • la production de bois,
  • la régulation du climat,
  • la gestion de l’eau,
  • les loisirs et tourisme,
  • le bien-être,
  • l’éducation,
  • la culture.

En matière de recherche vers la résilience, en aidant à la conservation de la diversité génétique, ou en offrant un espace d’expérimentation, la Fondation SAVE est l’organisation européenne chapeau pour la sauvegarde de la diversité agricole. Sa mission est la conservation et la promotion de la diversité culturelle génétique. Un accent particulier est mis sur la survie des races menacées d’animaux d’élevage et des espèces de plantes cultivées. La maîtrise d’une bonne palette horticole et le maintien de variétés locales de fruits et de légumes, qui se démarqueraient d’une production standardisée, en valorisant l’adaptation au sol et climat locaux, et restant attractive pour la micro-faune est à ce tire un réel enjeu.

Ainsi, sur le Parc technologique Porte des Alpes, le Grand Lyon et l’entreprise Tarvel se sont associés avec les cuisines du Golden Tulip pour créer un potager aidant à la conservation des variétés anciennes lyonnaises. Les graines qui y sont cultivées sont, pour l’essentiel, celles de fruits et légumes presque disparues ou en voie d’extinction, originaires du territoire. Elles sont précieusement conservées par le Centre de Ressources de Botanique Appliquée de Lyon (CRBA), dans la continuité du programme intitulé « Fruits, légumes et fleurs du bassin lyonnais : un patrimoine culturel et biologique à connaître et à conserver », engagé par le laboratoire du CNRS « Ressources des terroirs – Cultures, usages, sociétés ». Un travail de mise en culture de variétés potagères locales préservées par le CRBA est également mené sur le Parc de Parilly pour les tomates, poivrons, melons, courges, basilic… Le CRBA, qui maintient également des variétés horticoles représentatives de la biodiversité domestique lyonnaise et gère la base de données Horti-Lyon, est par ailleurs implanté sur le Parc de Lacroix-Laval, qui cultive une partie des légumes patrimoniaux dans le potager du château, ainsi que de nombreux fruitiers. Un projet de coopération franco-russe est aujourd’hui engagé et supporté par la Fondation De Natura, pour soutenir l’institut Vavilov, plus ancienne banque de semences du monde qui sauvegarde vraisemblablement une partie de l’avenir alimentaire de l’humanité, dans ses missions pour enrichir la diversité végétale cultivée.

DLPB Lyon Metropole_photo5
Conservation de semences potagères locales au potager du parc technologique de Saint-Priest, en collaboration avec le CRBA – crédit photo: Direction logistique, patrimoine et bâtiment, Métropole de Lyon

S’il est parfois difficile de trouver le juste équilibre entre des jardins très horticoles et pauvres en biodiversité, et des friches de nature dont l’acceptabilité par le public est encore fragile, l’une des réponses peut passer par le soutien de la biodiversité domestique, qui contribue à la préservation du patrimoine végétal, horticole et nourricier des jardins publics, et qui se rattache à une histoire. La recherche de conceptions innovantes valorisant des mariages d’indigènes et d’horticoles, et la création de nouvelles synergies entre paysagistes et écologues peuvent permettre d’aller à la rencontre des parties prenantes, faisant appel à la perception, la sensation et l’émotion.

Cet article est extrait d’une présentation intitulé « Recoupler les composantes socio-culturelles et écologiques des espaces naturels urbains » destinée au colloque Services Eco-systémiques : apport et pertinence dans les milieux urbains, dont la présentation est disponible ici.

Génie végétal et ingénierie végétale : compétences, réglementation et bénéfices

Génie végétal et ingénierie végétale : compétences, réglementation et bénéfices Soil and water bioengineering: skills, regulations and benefits

Le génie végétal, ou génie biologique, désigne la mise en œuvre des techniques utilisant les végétaux et leurs propriétés mécaniques et/ou biologiques pour le contrôle de l’érosion des sols, la restauration de milieux dégradés et la dépollution des sols et des eaux pollués. L’ingénierie végétale désigne la conception des projets d’application du génie végétal ou génie biologique. Aujourd’hui, la filière de ces deux domaines est en plein essor, en particulier en France et en Europe, où le cadre réglementaire (notamment la Directive cadre européenne sur l’eau) a instauré la nécessité de mettre en œuvre des techniques douces pour lutter contre l’érosion des sols et pour restaurer les milieux dégradés en général. Depuis peu, les acteurs de cette filière se structurent pour mieux se connaître et mettre leurs compétences en synergie. Les questionnements de la sphère scientifique permettent en particulier de mieux identifier les bénéfices que les milieux naturels et les populations retirent des actions par et/ou pour le vivant. Ainsi, tous expriment leurs besoins de compétences et de savoir-faire, de connaissances et de données scientifiques, ainsi que de formation tant initiale que continue. C’est sur l’ensemble de ces points que le colloque souhaiterait faire le point et proposer des avancées…

Soil and water bioengineering: skills, regulations and benefits

Soil and water bioengineering represents the implementation of techniques using plants and their mechanical and / or biological properties for soil erosion control, restoration of degraded environments and remediation of polluted soil and water. Engineering refers to the design of projects for the implementation of bioengineering. Today, the sector of these two areas is developing, particularly in France and in Europe, where the regulatory framework (including the European Water Framework Directive) introduced the need to implement soft techniques for soil erosion control and to restore degraded environments. Recently, stakeholders in this sector have been aiming at improving their knowledge and using their synergy skills. Questions posed in the scientific sphere allow a better identification of the benefits that natural populations provide, and the influence of man on the environment. Therefore we need to unite our skills and expertise, knowledge and science, as well as training. The conference will focus on these points and provide advanced discussion and debate…
Link to flyer

“L’adaptation au changement climatique est une pièce maîtresse de la compétitivité et de l’innovation”

Le deuxième volume du 5ème rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) confirme la vraisemblance de trajectoires vers un réchauffement global au-delà de 2°C d’ici la fin du siècle, par rapport au début de l’ère industrielle, si les émissions humaines ne sont pas considérablement réduites. Les climatologues ne sont pas en mesure de nous dire comment vont être affectés les ressources en eau, les régimes de précipitations, les grands puits de carbone que sont les forêts et les océans, et les conséquences s’annoncent significatives sur de nombreux secteurs : infrastructures, approvisionnement en énergie ou en eau, agriculture, villes et bâtiments…

Les entreprises doivent donc se préparer à évoluer et agir dans un monde en mutation, afin de gérer des incertitudes physiques et de s’adapter aux aléas liés à d’innombrables acteurs. L’adaptation au dérèglement climatique représente donc un défi nouveau.

Le guide intitulé ‘Les entreprises et l’adaptation au changement climatique’ publié par les membres d’EpE propose des solutions pour le relever, et vise à partager des visions, expériences et méthodes utiles aux entreprises. 

 

HERCULES : Sustainable futures for Europe’s HERitage in CULtural landscapES/ Tools for understanding, managing, and protecting landscape functions and values

HERCULES project ‘Sustainable futures for Europe’s HERitage in CULtural landscapES

Ce projet a pour objectif de mieux comprendre les caractéristiques, les modèles spatiaux et la dynamique des paysages culturels de l’Europe dans afin de développer des outils de protection, gestion et planification durable du paysage.

Le projet s’inscrit dans un contexte où avec la montée en puissance des préoccupations environnementales, le paysage est devenu un enjeu social notable en Europe. En effet, au delà des approches de la biodiversité développées via l’écologie du paysage, les interactions entre paysage et développement durable sont très peu abordées (source Daniel Terrasson, Paysage et développement durable). Ainsi, tout en conservant une préoccupation forte autour des enjeux liés à la biodiversité, le projet s’ouvre à l’intégration des valeurs du paysage comme cadre de vie quotidien, support du patrimoine et de qualités esthétiques et récréatives, ainsi que comme une source de services écosystémiques fournis à la société.

Les paysages culturels subissent cependant des transformations rapides et critiques dans toute l’Europe, d’une part en raison d’une évolution de l’utilisation, de l’abandon des terres, et de l’exode rural, d’autre part via l’intensification de l’urbanisation. Jusqu’à présent, des nombreuses difficultés ont entravé la conception de réponses efficaces pour sauvegarder les valeurs des paysages culturels.

European cultural landscapes are valued as everyday living environment, countryside, heritage, scenery with aesthetic and recreational qualities and unique biodiversity, and as a source of ecosystem services that they provide to society. Cultural landscapes, however, are undergoing rapid and fundamental transformations across Europe, mainly as a result of an on-going polarization of land use, with abandonment and rural exodus on the one hand, and intensification and (peri-) urbanisation on the other. So far, substantial challenges have inhibited the design of effective responses to safeguard cultural landscape values.

HERCULES seeks to better understand the characteristics, spatial patterns, and dynamics in Europe’s cultural landscapes in order to develop tools to help protect, manage, and plan for sustainable landscapes.

LogoEuropeThis research project has received funding from the European Union’s Seventh Framework Programme under grant agreement number 603447, HERCULES, within the RTD activities of the Environment Thematic Priority.

More information on http://www.hercules-landscapes.eu/

Guide du crédit d’impôt recherche

Le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche vient de publier la mise à jour 2014 du guide du CIR pour accompagner les entreprises dans leurs démarches. 
 
Sommaire : 
 

Les entreprises éligibles ; 

Les activités éligibles ; 

Les dépenses prises en compte dans l’assiette du CIR ; 

Calcul du montant du CIR ; 

Déclaration, imputation, remboursement et mobilisation du CIR ; 

Sécurisation et contrôle du CIR.

Guide du crédit d’impôt recherche 2014